OUTSOURCIABLOG-Par Youssef Chraibi-



MAROC - FRANCE : LE MEDEF DEFEND LA COLOCALISATION

Le 01/07/2015 

 

L'installation de grands groupes ouvre la voie à l'installation des PME. Le Medef concentre ses efforts à ce niveau tout en continuant à défendre les politiques de "colocalisation" et de "co-investissement". Les IDE marocains sont également attendus en France malgré les difficultés qui continuent à miner le partenariat économique entre les deux pays. 

Le partenariat Maroc-France continue à se renforcer. La récente implantation du constructeur français PSA Peugeot avec une usine à Kénitra en est l'exemple le plus éloquent. Pourtant, il ne s'agirait que de la partie visible de l'iceberg. A en croire le Mouvement des Entreprises de France (Le Medef) plusieurs autres projets sont en cours de concrétisation. "Nous parlons beaucoup des coopérations identifiées autour de grands groupes comme Renault, Safran ou Alstom, mais il faut dire que nous travaillons aussi sur l'intégration de plusieurs PME ainsi que des entreprises à tailles intermédiaires qui participeront également à cet essor Nord-Sud et Sud-Nord", précise Xavier Beulin, président du Groupe Avril et coprésident du Club des chefs d'entreprise France-Maroc. Pour ce dernier, ce sont ces entreprises qui permettront de marquer une nouvelle étape de développement profitable pour les deux pays. Dans cette optique, le partenariat économique ne se limitera plus à des secteurs en plein essor tels que l'aéronautique et l'automobile. Les hommes d'affaires français envisagent de plus en plus la diversification de leurs investissements. "Nous pensons notamment à l'agroalimentaire, l'énergie et les grandes infrasctructures, mais il y a aussi tout un pan d'activité autour de nouveaux secteurs, comme les nouvelles technologies et la santé avec une vraie ingénierie et un véritable transfet de technologie". A ce titre, les chefs d'entreprises français s'attachent à démystifier le concept de "colocalisation". Considéré comme la clé de voûte des investissements français dans le royaume, cette politique est vue d'un mauvais oeil par l'opinion publique française. "Nous ne considérons pas qu'aller s'installer dans un pays du Sud, notamment le Maroc, soit contraire aux intérêts des salariés français ou du développement des entreprises française. Au contraire, il s'agit de renforcer, à travers ces synergie, des complémentarités mais aussi un potentiel de développement qui, de toute façon, aura des retombées sur la base française", insiste Beulin. A en croire les responsables du Medef, l'accent doit être clairement mis sur le co-investissement et les partenariats au sens structurel. "Il est révolu le temps où nous considérions nos marchés comme des marchés d'exportation avec une vision purement commerciale. Nous pouvons faire mieux dans le cadre d'une économie intégrée". D'ailleurs, les canaux ne sont pas ouverts dans un seul sens et des investissements marocains sont également attendus en France. L'idée n'est pas utopique et il suffit certaines success-stories "Made in Morocco", dans l'Hexagone pour s'en rendre compte. Certaines entreprises, comme Outsourcia, ont prouvé qu'un investissmeent marocain en France pouvait constituer une franche réussite. Le renforcement de la coopération passe également par l'aspect normatif et réglementaire. A ce niveau, le Maroc s'est engagé dans une démarche de convergence vers les normes et standards de l'UE, notamment dans le cadre de ses accords de libre-échange. "L'idée est de faire encore mieux en créant les conditions maximales de coopération entre la France et le maroc vers la Méditerranée et l'Afrique", précise Bernard Spitz, président de la Commission internationale du Medef. Reste quelques zones d'ombre sur lesquels le Maroc devrait sérieusement se pencher, à savoir les questions du foncier et de la formation qui continuent de causer quelques soucis aux entreprises étrangères. A ce titre, les deux partis travaillent actuellement sur la facilitation de l'accès au foncier ainsi que le renforcement du système des équivalences des diplômes et l'amélioration du système des échanges entre établissements d'enseignement supérieur et d'autres structures de formation. 

 

SOURCES : Les Inspirations Eco - le 30 juin 2015 - par Ayoub Naïm

 

Tags blog: 
Photo Youssef Chraibi
Youssef Chraibi
Président Fondateur du groupe Outsourcia

A propos de Youssef

Icône Archives du Blog

BLOGARCHIVES

 Décembre 2012

 Février 2010