OUTSOURCIABLOG-Par Youssef Chraibi-



CEED Annual Conference : le networking pour quoi faire ? - Les Eco

Le 17/09/2015 

 

Sous plusieurs coupoles, cadres actifs et patrons s’activent à relever des défis et concrétiser des projets. Dans ce contexte, le networking se présente comme clé du succès du business. À l'occasion d'une table ronde organisée par les Inspirations ÉCO lors de l’évènement CEED Annual Conference, différents experts décryptent l'importance du développement d'un bon réseau.
 
Réseau d’anciens élèves, associations professionnelles, réseau de mentoring… Sous plusieurs coupoles, cadres actifs et patrons s’activent à relever des défis et concrétiser des projets. De plus en plus, ces réseaux s’enrichissent de nouveaux membres et de plus en plus, aussi, ils acquièrent de la notoriété. Au Maroc, la dynamique est depuis quelques années enclenchée et fort heureusement, elle n’est pas prête de s’essouffler. La question principale demeure donc celle de savoir, pour ces cadres et patrons généralement surbookés, quel est l’intérêt de nourrir un réseau et de consacrer beaucoup de son temps au développement de ce dernier. «Le networking, clé de succès du business», cette thématique, développée dans le cadre d’une table ronde organisée par les Inspirations Éco lors de l’évènement CEED Annual Conference, a permis de répondre à cette interrogation.
 
Partage des valeurs
D’emblée, l’intérêt d’un network faisait consensus pour une assistance déjà engagée et très active dans le réseau du CEED Morocco. On développe un réseau pour s’enrichir d'un point de vue personnel, mais également pour s’ouvrir à de nouvelles opportunités professionnelles. «Pour être efficace, les efforts de networking devraient être fondés sur une stratégie de marque personnelle et devraient être authentiquement soutenus par des intérêts, des valeurs communes», ont estimé les différents intervenants à la rencontre. Chef d’entreprise et membre du Conseil d’administration de la Chambre de commerce britannique, Ahmed Jaoued, en est un exemple parlant. Invité pour témoigner de son expérience au sein du réseau de la Chambre de commerce britannique mais également comme ancien étudiant à la célèbre Université d’Oxford, ce jeune patron attribue une partie de son succès au travail qu’il a lui-même réalisé sur son réseau. Un travail qu’il continue de déployer à travers des connections entre les marchés marocain et britannique. «J’ai construit mon réseau sur celui des anciens d’Oxford. J’ai voulu qu’au Maroc, les entrepreneurs en tirent profit et c’est dans ce sens que j’ai créé il y a deux ans l’association des anciens d’Oxford au Maroc.
 
 
 
Ce network, c’est en soi un bon pas et je souhaite que la prochaine génération en profite», explique Ahmed Jaoued. De son côté, Youssef Chakor, directeur général de Kilimanjaro et membre du  réseau Endeavor, confirme l’importance d’un réseau étoffé, ayant été lui-même sélectionné par ledit programme Endeavor pour l’accompagnement des entreprises à fort potentiel de croissance. Partant d’une adhésion au réseau des anciens de l’École Mohammedia des ingénieurs, l’entrepreneur a capitalisé sur ce network pour se lancer, étant donné aussi que les contacts noués avec les personnes quand elles sont encore «hors des projecteurs» sont toujours plus spontanés. Le pdg d’Outsourcia et président de l’association de l’AMRC, Youssef Chraibi, était également présent pour partager son expérience.  Il estime qu’il est important de «s’inspirer de modèles porteurs, aller doucement sur le marché et ne pas arriver trop tard pour ne pas perdre la bataille en termes de positionnement». Par ailleurs, l’important pour développer un réseau c’est de prendre conscience que le plus important, c’est d’avoir des personnes qui nous connaissent et qui croient en nos capacités et compétences. Au même titre qu’au bout d’un moment le créateur devient plus important que le projet et que les investisseurs veulent investir en vous parce qu’ils croient en votre façon d’aborder un marché.
 
Marque personnelle
L’une des questions clés qui a été posée pendant cet échange était celle de savoir comment trouver le bon dosage entre sphères personnelles et professionnelles sans que l’un des périmètres ne nuise à l’autre. En fait, selon les experts, le mélange sphères non personnelles/professionnelles dépend de la personnalité et de la capacité de chacun à assurer un bon équilibre. «Le réseautage stratégique est un pilier majeur d'une vision personnelle de l'image de marque que l’on se construit», estime Farid Yandouz, directeur général d’Icompétences. Ainsi, la valeur de la marque personnelle permet de gagner la confiance de son entourage professionnel, ce qui, in fine, permet de le convaincre et de le faire adhérer à la stratégie commerciale de l’entreprise et donc à la qualité du produit proposé. Ceci étant, les networks peuvent se matérialiser par de puissantes associations, des syndicats et même des groupes virtuels via les réseaux sociaux. Les intérêts motivants du network se basent quant à eux sur des aspects financiers, la nécessité d’assurer un développement personnel, ou une reconnaissance. «La majorité des décisions stratégiques des entreprises sont faites dans les greens de golf, après le travail, dans les cafés et restaurants ou des rassemblements, ou bien lors d'autres activités de loisirs», poursuit Yandouz. Faire des efforts de réseautage en construisant sa marque personnelle est un travail de longue haleine qui devrait certainement commencer par «une confiance en ses propres réalisations avant d'essayer de convaincre un réseau qu’on est la personne que l’on prétend être». Ces outils doivent également découler d’une communication cohérente et d’une bonne capacité d’interaction. Les systèmes de gestion des contacts, réseaux sociaux professionnels et des outils de marketing par courriel sont à ce titre avérés comme des passerelles solides en matière de networking.  
 
 
Sources : Les Eco - 17/09/2015 - par Houda Sikaoui
Tags blog: 
Photo Youssef Chraibi
Youssef Chraibi
Président Fondateur du groupe Outsourcia

A propos de Youssef

Icône Archives du Blog

BLOGARCHIVES

 Décembre 2012

 Février 2010